L’amour en pleine lumière

Que pouvais m’apporter cet amour sans limites, comme une route qui conduit au fil des kilomètres là où l’imagination veut bien la mener? Notre relation était ce grain de sable dans ma vie. Par le jeu des allées et venues pour prendre le métro, chaque matin mon livre à la main, je croisais son regard qui m’évoquait un pétale de rose qui vient de s’ouvrir à la lumière du jour.

Elle avait des lèvres fines et caressantes, d’où sa voix calme et sensuelle était ce soleil qui réchauffait mon corps frileux. La sévérité de ce port pour lire avec concentration, et cette mèche qu’elle écartait du bout de ses doigts fins, pour mieux faire ressentir un passage passionnant, rien que par son expression qui laissait deviner une histoire riche et instructive.

Pourquoi avoir voulu écrire sur cette jeune fille à laquelle je partageais une partie du trajet chaque matin? Il est des moments où peut être qu’un geste gracieux a ravivé nos tendres souvenirs, car comme cité plus haut la découverte d’une nouvelle émotion, un je ne sais quoi d’émouvant qui vous réconforte pour passer une agréable journée. Toujours est il qu’au fil des matins nous avions réussi à converser, à nous donner des rendez-vous au petit troquet autour d’un nexpresso, et au travers de ses propos calmes et apaisants, dans la cohérence de son phrasé, une relation bien qu’épisodique s’était nouée pour aboutir aux caresses faciales, pleines de désirs, illicitement nos rendez-vous était une source de fortes palpitations. Les sensations aimantes jusqu’ici inconnues, et la conséquence d’un sentiment inexplicable parce que brûlant, où l’on n’était pas redevable vis-à-vis de l’autre, sans aucune culpabilité personnelle, sans aucune prise de tête.

 pour lire la nouvelle entière et l’imprimer, je vous propose de la télécharger au format adobe acrobat (.pdf), ou au format microcoft word juste en dessous (cliquez sur l’icône du format qui vous intéresse).

Telecharger cette nouvelleje télécharge la nouvelle au format adobe acrobat

La_composition_d_un_passe_simple(les_nouvelles_de_kike).doc

je télécharge la nouvelle au format Microsoft word

One Comment

  1. fenida

    Salut Enrique ! Bon j’ai ENFIN trouvé un peu de calme et de paix pour me plonger dans tes écrits. J’aimerais avoir quelque chose de savant et de vraiment intelligent à dire du genre : “ton phrasé est digne d’un membre de l’académie des lettres” etc. Mais dans les faits je suis nulle pour ce genre de commentaire inspiré et je ne sais parler qu’en mode émotionnel. Ca ne va pas t’apporter grand chose j’en ai bien conscience, désolée… Ce texte est un de ceux que je préfère parmi ceux que j’ai lus pour l’instant c’est pour ça que j’ai choisi de t’écrire un petit mot ici. J’aime beaucoup l’alternance de sensations et d’émotions qu’il procure. J’ai commencé par jalouser ces deux amoureux et puis finalement je ne sais plus très bien ce que j’ai éprouvé mis à part le fait que je suis passée par plusieurs états pour finalement avoir cet espèce de gros pincement au ventre qui fait qu’on a presque envie de pleurer. Je suis très sensible à la pudeur avec laquelle tu écris ces scènes. Pas de grands trémolos, pas non plus de parties de jambes en l’air hyper crues. Personnellement je préfère les nuances, les clair obscur et toute cette ambiance que tu rends si bien. Bon… Je te laisse, je n’ai pas encore fini de te lire ! A bientôt ! Fanny

Répondre à fenida Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *